Catégorie

Des Articles Intéressants

1 Cancer
Est-il possible de tomber enceinte avec un déséquilibre hormonal
2 Pituitaire
La libération d'adrénaline dans le sang
3 Iode
Traitement du diabète sucré de type 2 - médicaments, insulinothérapie et régime
4 Des tests
Glandes humaines
5 Des tests
Gouttes de progestérone
Image
Principal // Larynx

Symptômes d'une tumeur thyroïdienne: quand consulter un médecin


Les symptômes d'une tumeur thyroïdienne chez les femmes et les hommes en général ne présentent pas de différences majeures. Tout d'abord, ne paniquez pas - la présence d'une tumeur n'indique pas sa malignité. Selon les statistiques, seulement 5% des cancers sont malins, et même parmi ces 5%, plus de la moitié des cas se prêtent à un traitement réussi et ont un pronostic favorable pour les décennies à venir..

Cet article se concentrera sur les types de tumeurs, les raisons de leur apparition, les manifestations des formes malignes et bénignes, ainsi que les méthodes de leur diagnostic..

Types de tumeurs

Les tumeurs thyroïdiennes se développent à partir des cellules thyroïdiennes et peuvent être bénignes ou malignes. La maladie la plus courante survient chez les femmes de plus de 45 ans, cependant, après 60 ans, les cas de cancer sont plus fréquents chez les hommes. La pathologie est plus fréquente dans les régions qui ont été exposées aux radiations, ainsi que dans les régions carencées en iode.

Une tumeur bénigne se distingue d'une tumeur maligne par les caractéristiques suivantes:

  1. Les tumeurs malignes s'accompagnent de troubles métaboliques dans les tissus. Avec les tumeurs bénignes, de tels changements ne sont pas observés..
  2. Les tumeurs malignes ont tendance à envahir les tissus environnants et les tumeurs bénignes repoussent les tissus environnants à mesure qu'ils se développent..
  3. Les tumeurs malignes s'accompagnent d'un atypisme cellulaire et tissulaire. Dans ce cas, des dommages à la structure tissulaire se produisent et le nombre de cellules immatures augmente. Les tumeurs bénignes ne s'accompagnent que d'un atypisme tissulaire, avec un état normal des cellules.
  4. Les néoplasmes bénins ont une capsule, mais pas les malins..
  5. Les deux types de tumeurs peuvent récidiver, mais les tumeurs bénignes sont beaucoup moins fréquentes.
  6. Les formations malignes provoquent des métastases, dans les tumeurs bénignes, cela n'est pas observé en raison de la présence d'une capsule et d'une adhérence plus forte des éléments.
  7. Dans les tumeurs bénignes, l'état des parois des vaisseaux lymphatiques et sanguins est normal, dans les tumeurs malignes, des pathologies se forment.

À leur tour, les tumeurs bénignes et malignes se présentent sous différentes formes. Les symptômes de la maladie et son pronostic dépendent de la forme de la tumeur..

Néoplasmes bénins

Présenté par un adénome de la glande thyroïde, qui est une tumeur encapsulée épithéliale.

L'adénome peut être:

  • folliculaire (macro ou microfolliculaire, embryonnaire);
  • papillaire;
  • se composent de cellules Gürtl.

Si une tumeur bénigne de la thyroïde apparaît, les symptômes apparaissent après une longue période, car les adénomes se développent lentement. Dans certains cas, la tumeur peut être volumineuse ou maligne.

Le nœud adénomateux est de forme ronde ou ovale, avec une surface lisse et des bords clairs. Il existe des cas d'adénomes multiples, ainsi qu'une combinaison d'adénome et de goitre.

Tumeurs malignes

Les tumeurs malignes comprennent:

  • carcinome folliculaire;
  • carcinome papillaire;
  • carcinome médulaire;
  • carcinome indifférencié;
  • autres tumeurs.

Les tumeurs malignes sont caractérisées par une origine épithéliale et présentent également diverses manifestations d'agressivité et un pronostic différent. La prévalence du cancer dans les pays économiquement développés est d'environ 7: 100 000 personnes. Par exemple, le cancer de la thyroïde ne survient pratiquement pas chez les enfants, mais atteint le pourcentage maximal de survenue chez les patients âgés de 50 à 70 ans.

À propos, le cancer papillaire est le plus courant, mais dans la plupart des cas, divers mélanges de formes sont observés - solide, mixte, sclérotique diffuse, etc..

Les causes des tumeurs

Les mécanismes de développement et les causes de l'apparition de tumeurs ne sont actuellement pas entièrement compris. Cependant, il existe des facteurs qui ont un impact significatif sur l'état de la glande thyroïde..

  1. Augmentation de l'activité de la glande pituitaire - avec une production excessive d'hormones hypophysaires, des adénomes thyroïdiens se produisent souvent.
  2. Dysfonctionnement du système nerveux autonome, qui régule le fonctionnement des organes.
  3. Prédisposition héréditaire - Les scientifiques ont découvert qu'il existe un gène dans le corps humain qui est responsable du développement du cancer de la thyroïde. S'il est présent, la probabilité d'une tumeur est d'environ 90 à 95%.
  4. Exposition à des substances toxiques, risques professionnels, inhalation d'air pollué.
  5. Plus de 40 ans - à mesure que le corps vieillit, la glande thyroïde est plus susceptible de subir des perturbations génétiques.
  6. Mauvaises habitudes - la fumée de tabac contient des cancérogènes et l'alcool contient des substances qui affaiblissent les défenses de l'organisme visant les cellules atypiques.
  7. Les situations stressantes fréquentes et la dépression, suivies d'un long rétablissement, sapent les forces immunitaires du corps, à savoir, les cellules immunitaires détruisent les cellules cancéreuses.
  8. La présence d'autres maladies accompagnées de troubles hormonaux.
  9. Radiothérapie et radiothérapie au cou et à la tête. Avec une irradiation prolongée aux rayons X, une tumeur peut apparaître, même après des dizaines d'années. C'est pourquoi les instructions sont si importantes pendant la radiothérapie - avec la dose correcte, la durée d'exposition et l'état initial de la glande, les risques peuvent être minimisés.
  10. Néoplasie endocrinienne multiple.
  11. Avec le goitre nodulaire, le nœud peut dégénérer en un adénome toxique.

Manifestations tumorales thyroïdiennes

Le tableau clinique de la maladie dépend du type de tumeur. En outre, il convient de prendre en compte si la fonctionnalité de la glande thyroïde est préservée ou altérée, ainsi que la taille de la tumeur..

Remarque! Les tumeurs dans lesquelles il n'y a pas de changement du taux d'hormones thyroïdiennes, ainsi que celles caractérisées par une croissance lente, peuvent ne pas se manifester pendant des années.

S'il existe une tumeur bénigne de la glande thyroïde, les symptômes dépendent du fait que la fonctionnalité de la glande est altérée, c'est-à-dire l'adénome s'accompagne ou non de thyrotoxicose. Avec un adénome toxique, une production accrue de T3 et T4 se produit directement dans le nœud, malgré la diminution de l'activité des tissus thyroïdiens.

En outre, ce type d'adénome est caractérisé par la présence des mêmes symptômes mécaniques qu'avec un adénome non toxique, cependant, des manifestations de thyrotoxicose sont ajoutées.

Signes d'adénome thyroïdien toxique et non toxique:

Adénome non toxiqueAdénome toxique
  • Déformation des contours du cou.
  • Sensation de pincement dans le cou, essoufflement, problèmes de déglutition, difficultés respiratoires nasales.
  • Toux, changement de voix.
  • Excitabilité accrue, irritabilité, anxiété, élocution rapide, troubles du sommeil, tremblements.
  • Arythmie, insuffisance cardiaque, augmentation de la pression artérielle, tachycardie.
  • Ophtalmopathie endocrinienne.
  • Changement d'appétit, douleurs abdominales, perte de poids.
  • Faiblesse musculaire, fatigue accrue, paralysie.
  • Fièvre, transpiration, soif constante, gonflement, amincissement des ongles, des cheveux et de la peau.
  • Violation des menstruations, infertilité, augmentation mammaire chez les hommes.

S'il y a un soupçon que la maladie existante est une tumeur maligne de la glande thyroïde, les symptômes affectent presque tous les organes et systèmes du corps. Assez souvent, la tumeur peut être asymptomatique, comme dans le cancer papillaire, et ne pas provoquer de métastases.

Dans de tels cas, les patients ne se tournent vers un médecin que lorsque la taille du nœud résultant a tellement augmenté qu'il peut être palpé de leurs propres mains.

Manifestations de tumeurs malignes de la glande thyroïde:

SymptômesLes causes
Troubles de la voixCompression des nerfs récurrents.
Difficulté à respirer, essoufflement et asphyxieCompression des nerfs récurrents, métastases dans les poumons, croissance de la tumeur dans la trachée.
Exophtalmie, myosis, ptoseTronc sympathique compressé
Maux de tête, vertiges, cyanose des lèvres, gonflement du visage, respiration rapide et superficielleCompression de la veine cave supérieure
Confusion de conscience, anxiété, apathie, désorientationPrésence de métastases dans le cerveau
Trouble des sellesMétastase du tube digestif

Diagnostic des tumeurs thyroïdiennes

Si vous pensez qu'il y a un nodule dans la glande thyroïde, vous devriez consulter un endocrinologue. Les premières étapes du médecin seront de clarifier les plaintes et de collecter l'anamnèse, après quoi il passera à l'examen du cou et à la palpation de la glande thyroïde..

Après l'examen, le médecin pourra confirmer ou nier la présence du nœud, cependant, il ne sera possible d'établir sa nature qu'après des recherches supplémentaires.

Pour faire un diagnostic, utilisez les méthodes suivantes:

  1. Échographie de la glande thyroïde - aide à établir la taille de la glande, ainsi qu'à identifier la présence de nodules, leur localisation et leur taille.
  2. Scintigraphie thyroïdienne.
  3. Une biopsie par aspiration du nœud est effectuée pour déterminer le type de nœud et établir le degré de sa bénignité.
  4. La TDM et l'IRM sont réalisées si l'échographie n'est pas informative et avec une localisation atypique de la glande thyroïde.
  5. Tests sanguins - analyse biochimique, sang pour la calcitonine, sang pour les hormones hypophysaires et thyroïdiennes, ainsi que pour les anticorps dirigés contre la glande thyroïde.

Le coût des tests sanguins et de l'examen échographique de la glande est le plus bas par rapport aux autres méthodes répertoriées. Cela n'affecte en aucun cas leur contenu informatif, cependant, pour un diagnostic réussi d'une tumeur, il est nécessaire d'utiliser toutes les méthodes prescrites par le médecin afin d'obtenir le résultat le plus spécifique..

Principes de traitement

Si une tumeur thyroïdienne est diagnostiquée, le traitement doit être prescrit par un médecin et dépend de son caractère bénin ou non, de la présence de symptômes et du stade du processus dans le cas d'une tumeur maligne.

Si le traitement des néoplasmes bénins de la glande thyroïde est pris en charge soit par un endocrinologue, soit par un chirurgien s'il est nécessaire de les retirer, alors en cas de cancer de la thyroïde, un oncologue s'occupe de chaque cas clinique. L'instruction ou les tactiques de traitement du cancer sont individuelles dans chaque cas et ne peuvent être prescrites que par un spécialiste en oncologie.

Attention! Dans la plupart des cas, en présence de formations bénignes dans les tissus de l'organe, ils recourent à leur élimination pour réduire le risque de malignité..

Traitement d'un processus malin

  • intervention chirurgicale visant à la fois à enlever la glande thyroïde et à exciser les ganglions lymphatiques régionaux;
  • radiothérapie visant à arrêter l'activité mitotique incontrôlée des cellules tumorales.

La chimiothérapie est très rare pour ce type de cancer..

Important! Dans certains cas, avec une variante résécable du cancer de la thyroïde, par exemple, avec un petit cancer papillaire, la zone touchée de l'organe est réséquée.

Après la chirurgie, un traitement hormonal est prescrit aux patients afin de remplacer la fonction perdue à l'aide de la L-thyroxine en dose d'entretien. Après le traitement, les patients se voient prescrire un scan prophylactique pour déterminer la présence de métastases à distance.

À partir des photos et des vidéos de cet article, nous avons découvert les types de tumeurs, leurs symptômes et nous nous sommes également familiarisés avec les méthodes utilisées pour les diagnostiquer..

Qu'est-ce qu'une tumeur de la glande thyroïde?

Dans cet article, vous apprendrez:

Une condition telle qu'une tumeur de la glande thyroïde indique qu'elle est dans un état critique. Malgré le fait que ce processus peut s'avérer à la fois bénin et malin, un traitement est nécessaire dans tous les cas. À propos des symptômes, du traitement et d'autres nuances plus loin.

Symptômes courants

Au stade initial, les patients peuvent ne remarquer aucune manifestation d'une tumeur thyroïdienne. Le développement de la maladie présentée au fil du temps provoque un renflement ou un gonflement évident du cou dans la pomme d'Adam - de chaque côté. À mesure qu'il augmente, il appuiera sur la trachée, les nerfs et les vaisseaux sanguins situés à proximité.

Visuellement, le goitre diffus peut être identifié par une augmentation uniforme. En parlant de variété nodale, il convient de noter que dans la très grande majorité des cas, elle est beaucoup plus élargie d'un côté du larynx. L'exposition à des organes situés près de la gorge peut se manifester par les symptômes suivants pour les tumeurs thyroïdiennes bénignes et malignes:

  • difficulté à respirer
  • un changement de voix se développant rapidement, qui s'accompagne d'un enrouement sévère;
  • attaques d'étouffement, qui apparaissent la nuit et commencent soudainement;
  • toux violente;
  • difficultés à avaler de la nourriture, se manifestant à la hausse;
  • attaques de vertiges, lourdeur palpable et constante dans les tempes, la tête.

Chez l'homme, s'il y a un taux d'iode insuffisant dans une tumeur de la glande thyroïde, il y a un affaiblissement du désir sexuel jusqu'à une impuissance persistante. Pour les femmes, les processus caractéristiques peuvent être la déstabilisation du cycle menstruel. Dans ce cas, une tumeur de la glande thyroïde, à la fois bénigne et maligne, peut provoquer une infertilité et des fausses couches..

Tumeur bénigne de la thyroïde

L'adénome, comme le goitre, est une tumeur bénigne de la glande thyroïde. Il se forme en raison d'une sécrétion accrue d'hormone thyréostimuline. Cela est également possible en raison de processus négatifs dans le travail du système nerveux autonome. Les principales manifestations initiales d'une tumeur bénigne sont:

  • changement de poids vers le bas;
  • incapacité à tolérer des températures élevées;
  • haut degré d'irritabilité;
  • augmentation de la transpiration;
  • tachycardie, ou palpitations cardiaques, qui se manifeste non seulement dans le cadre de l'activité, mais également au repos;
  • fatigue élevée quelle que soit la charge physique.

À l'avenir, avec le développement d'une tumeur bénigne, l'activité du tractus gastro-intestinal est perturbée, des changements de pression se forment. Dans certaines situations, les experts indiquent une augmentation minime mais constante de la température corporelle.

Une tumeur thyroïdienne peut être détectée par échographie et examen cytologique. Une biopsie (ponction) est réalisée, dont le but est d'obtenir du matériel biologique. C'est lui qui dans 80% des cas permet de différencier une tumeur thyroïdienne bénigne d'un processus oncologique. Dans certaines situations, un test sanguin pour le rapport des hormones peut être une méthode de diagnostic.

Tumeur maligne de la glande thyroïde

Le cancer est mis en évidence par une tumeur maligne de la glande thyroïde. Le premier signe du début de ce processus est la formation d'une formation nodulaire, ainsi qu'un changement de la taille des ganglions lymphatiques de la colonne cervicale. Les preuves plus récentes d'une tumeur de la glande thyroïde dans ce cas devraient être considérées comme des sensations douloureuses près de la pomme d'Adam et un changement de voix.

Habituellement, une tumeur maligne de la glande thyroïde est diagnostiquée chez les personnes ayant une fonction thyroïdienne normale. Les formations nodulaires doivent être considérées comme une préoccupation particulière lorsqu'elles sont trouvées chez des personnes de moins de 20 ans. À cet âge, la présence de tumeurs bénignes est moins probable. À cet égard, la probabilité qu'ils soient malins est beaucoup plus élevée.

À des fins préventives, il est recommandé:

  • éviter un apport insuffisant en iode;
  • utilisez quotidiennement du sel iodé ou des algues;
  • éviter les radiographies fréquentes des zones principales, à savoir la tête et le cou.

La base de la prévention des tumeurs est le traitement rapide des maladies, ainsi que le passage systématique, tous les 4 à 8 mois, d'examens endocrinologiques. Cela est particulièrement vrai pour les personnes à risque. Nous parlons de tumeurs bénignes et malignes précédemment diagnostiquées de la glande thyroïde, irradiation périodique.

Traitement

Lorsqu'une tumeur est diagnostiquée dans la région de la glande thyroïde, le traitement doit être orienté vers la lutte contre le néoplasme détecté. Les spécialistes prescrivent des médicaments antimitotiques et antimétaboliques. La thérapie est réalisée avec un large spectre d'action: de l'antibactérien à la désintoxication.

La prise de complexes vitaminiques doit être considérée comme une condition préalable au traitement d'une tumeur thyroïdienne. Ce dernier régulera le degré d'activité fonctionnel de l'hypophyse et de la glande thyroïde elle-même.

Les méthodes thérapeutiques pour une tumeur maligne de la glande thyroïde comprennent: l'exposition chirurgicale, la thérapie à l'iode radioactif, l'utilisation d'hormones, une radiothérapie spéciale et une chimiothérapie. Dans la très grande majorité des cas, 2 méthodes ou plus sont utilisées, ce qui permet de restaurer avec succès la santé des patients atteints d'oncologie.

Un prélèvement fragmentaire ou absolu de l'organe est effectué. Où:

  • les ganglions lymphatiques et les tissus attachés sont réséqués;
  • dans les mêmes situations où le néoplasme n'est localisé que dans une partie de la glande thyroïde, les deux lobes sont soumis à une élimination totale. Cela est dû au fait que dans 80% des cas, à travers les voies lymphatiques à l'intérieur des organes, la tumeur se propage à la partie autrefois saine.

Après résection d'une tumeur maligne, une restauration obligatoire est montrée en raison des hormones thyroïdiennes. Ils permettent de supprimer la production de TSH et le degré d'activité de ces cellules qui n'ont pas pu être éliminées ou détectées.

Après l'application d'iode radioactif, une personne subit un examen obligatoire des tissus. Si seul le tissu thyroïdien résiduel est diagnostiqué, il n'est pas nécessaire de répéter le cours. Sinon, dans un délai d'un mois, il faut passer par un autre cycle, plus long.

Il convient de noter que les processus oncologiques dans les tissus thyroïdiens, traités à l'iode radioactif, provoquent dans certains cas le développement de métastases insulaires. Dans cette situation, la posologie du principe actif doit être augmentée..

Ainsi, la classification des tumeurs thyroïdiennes est diversifiée. La préservation de sa santé doit être traitée avec une attention particulière pour les représentants de tous les sexes et de tous âges. Au minimum, vous devez consulter un endocrinologue et mener une vie saine, en mangeant de manière rationnelle et en n'oubliant pas l'activité physique. Cela aidera à éviter la formation de tumeurs bénignes et malignes..

Tumeurs bénignes et malignes de la glande thyroïde, leurs symptômes et traitement

Une tumeur de la glande thyroïde est la pathologie la plus courante de cet organe. La glande thyroïde est l'organe le plus important de notre corps qui produit l'essentiel des hormones et régule de nombreux processus métaboliques. La maladie survient chez les hommes et les femmes, et souvent à un âge assez jeune.

Le processus destructeur de la glande thyroïde est dangereux car il peut être asymptomatique pendant une longue période. Plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus il y a de chances de préserver l'organe et de restaurer son travail.

Causes de la maladie thyroïdienne

De nombreux facteurs provoquent le développement de nœuds dans la glande thyroïde. Dans certains cas, les médecins ne peuvent pas établir avec précision la cause profonde du développement de la maladie. Considérez les causes les plus probables de destruction d'organes.

Sur une note! Les problèmes de thyroïde sont plus fréquents chez les personnes âgées de 30 à 50 ans. Les femmes souffrent plus souvent de la maladie que les hommes, en raison d'un contexte hormonal plus complexe. Chez les enfants, la maladie est très rare..

Facteurs possibles provoquant des néoplasmes dans la glande thyroïde:

  • Carence en iode. Cette raison est la plus courante parmi la population des régions éloignées de la mer et consommant de petites quantités d'aliments enrichis en iode..
  • Vivre ou travailler dans un environnement hostile. La glande est située à proximité des organes respiratoires. Travailler dans des usines toxiques ou vivre dans une zone industrielle provoque une inflammation chronique persistante de la glande thyroïde. Les vapeurs de métaux lourds et de monoxyde de carbone sont particulièrement dangereuses pour ce type de maladie..
  • Exposition radioactive. L'exposition aux rayons X affecte négativement la structure des cellules glandulaires. La plus forte croissance de formations ressemblant à des tumeurs est observée chez les personnes exposées à la vapeur de mercure et à d'autres sources de rayonnement radioactif.
  • Mauvaises habitudes. Chez les personnes qui fument et abusent de l'alcool, un néoplasme de la glande thyroïde survient 3 fois plus souvent que chez ceux qui ne boivent pas et ne fument pas.
  • Stress prolongé. Peu de gens pensent que le stress fréquent, la dépression, la léthargie, l'irritabilité constante, le manque de repos et le déchargement émotionnel sont un puissant stimulant pour le développement de tumeurs cancéreuses non seulement dans la glande thyroïde, mais aussi dans d'autres organes..
  • Prédisposition génétique. La pathologie est souvent observée chez les personnes dont les parents en ligne droite avaient également cette maladie..
  • Changements hormonaux brusques chez les femmes pendant la grossesse et la ménopause.
  • Âge supérieur à 40-45 ans. Au cours de cette période d'âge, de graves changements se produisent dans le corps, certaines fonctions commencent à être progressivement perdues, par exemple, le travail des ovaires chez la femme s'arrête. Le fond hormonal général change et la glande est particulièrement sensible à de tels changements..

En outre, les raisons peuvent être dans le système immunitaire faible d'une personne, dans des processus auto-immunes. Les formations tumorales sont sensibles aux personnes souffrant du syndrome de Cowden, du syndrome de Gardner, des infections TORCH.

Ce sont les principales raisons pour lesquelles des tumeurs commencent à se former dans la glande, évoluant parfois en cancer..

Classification des tumeurs

Les modifications du tissu thyroïdien, la présence d'un nœud ou d'une tumeur ne signifie pas une oncologie. Certaines formes de la maladie sont bénignes et ont un pronostic positif.

Types de tumeurs bénignes

Il est à noter que parmi la masse totale des patients, l'oncologie et les pathologies de nature maligne limite sont moins fréquentes. La plupart des personnes qui ont postulé avec des plaintes caractéristiques ont des formes guérissables de la maladie.

  • Adénome folliculaire de la glande thyroïde. La maladie est caractérisée par la présence de nodules arrondis, de petite taille, avec une prédominance de cellules folliculaires. La pathologie perturbe la production d'hormones thyroïdiennes, provoquant des déséquilibres dans tout le corps.
  • Adénome papillaire. Une autre tumeur bénigne de la glande thyroïde, caractérisée par des excroissances papillaires.
  • Adénome toxique (maladie de Plummer). Il est également connu sous le nom de goitre toxique. L'organe augmente la production d'hormones thyroïdiennes dans le corps.
  • Formations kystiques. Sont souvent le résultat d'une inflammation des organes.

Le plus courant est l'adénome thyroïdien. Avec un diagnostic rapide et un traitement correctement sélectionné, la maladie recule rapidement. La restauration de l'organe ne se produit pas immédiatement, mais toutes les fonctions s'améliorent progressivement.

Sur une note! Le cancer de la thyroïde est loin d'être la première place dans la liste générale des types de cancer et de leur fréquence dans la population..

Types de tumeurs malignes

Classification des tumeurs malignes de la glande thyroïde:

  • Carcinome papillaire. Il se développe très lentement et souvent d'un seul côté de l'organe. La forme de la tumeur n'a pas de bords nets et ressemble à une croissance semblable à un papillome. C'est l'un des cancers les plus «pacifiques», susceptibles de thérapie. Un traitement précoce offre un pronostic favorable.
  • Tumeur à cellules girtle. Avec le cancer à cellules de Hürthle, il y a une augmentation rapide et prononcée de l'organe. La maladie est agressive, plus fréquente chez les personnes de plus de 50 ans. Si la maladie est détectée à un stade précoce, le pronostic est positif.
  • Carcinome folliculaire. Il se forme à partir de la prolifération de petits follicules, métastases rapidement et est l'un des plus étendus. Le traitement est compliqué par le fait que le tissu oncologique affecte les os, les vaisseaux sanguins et les ganglions lymphatiques. Difficile à traiter.
  • Carcinome médullaire. Une forme d'oncologie très rare. Avec le cancer médullaire de la thyroïde, la production de calcitonine augmente fortement, ce qui affecte immédiatement tout le corps. L'éducation se développe rapidement à travers la membrane de la capsule dans la trachée et les muscles. Le pronostic est défavorable.
  • Carcinome anaplasique. L'une des formes de cancer les plus agressives, qui en peu de temps métastase dans tout le corps. Il diffère des autres formes en ce qu'il modifie complètement les cellules, ne répond pratiquement pas à la radiothérapie et à d'autres types de traitement.

Il est extrêmement rare de trouver des formes mixtes et non identifiées de cancer..

Symptômes des processus tumoraux dans la glande thyroïde

Les symptômes d'une tumeur thyroïdienne peuvent varier en fonction de la classification de la maladie. Dans certains cas, les tumeurs cancéreuses et bénignes au stade initial ne se manifestent pas du tout. Ou les signes sont si «flous» que les gens radient leur mauvaise santé en raison du surmenage.

  • Changements visuels dans le cou: les contours sont déformés, la glande thyroïde commence à se gonfler sensiblement, des nœuds saillants peuvent être observés.
  • Serrage dans la gorge, sensation de boule, inconfort en avalant de la nourriture. Dans certains cas, un mal de gorge se produit.
  • Toux, problèmes respiratoires.
  • Changements de voix, enrouement ou enrouement.
  • Troubles de l'appétit (prise de poids ou, au contraire, perte de poids).
  • L'apparition de poches.
  • Une caractéristique chez les femmes est une violation du cycle.
  • Augmentation de la transpiration, tremblements des membres.
  • Faiblesse générale, fatigabilité rapide lors d'un effort physique.
  • Ganglions lymphatiques enflés dans le cou.
  • Troubles du tube digestif (diarrhée, constipation, nausées, flatulences).
  • Mauvais rêve.
  • Changements mentaux: irritabilité accrue, sautes d'humeur soudaines, apathie, accès de colère, anxiété.
  • L'apparition de crampes dans les membres.
  • Des poussées soudaines de tachycardie.
  • Maux de tête, étourdissements.

Remarque: très souvent, les symptômes de dysfonctionnement thyroïdien coïncident avec les signes de névrose.

Ce sont les symptômes les plus courants d'une tumeur sur la glande thyroïde. Ils apparaissent rarement singulièrement. Habituellement, une personne observe plusieurs «cloches» à la fois. À mesure que la maladie progresse, les symptômes ne font que s'intensifier..

Il convient de noter que de nombreux symptômes sont également caractéristiques d'autres maladies. Il n'est possible de déterminer avec précision le diagnostic qu'après qu'un diagnostic approfondi a été effectué sous la direction de spécialistes compétents. Chaque type d'analyse doit être effectué par un médecin qualifié, capable de déchiffrer les données aussi précisément que possible..

Diagnostique

Les endocrinologues sont engagés dans la recherche et le traitement de la glande thyroïde. Le diagnostic de la tumeur comprend plusieurs procédures. La présence d'un néoplasme dans la glande thyroïde peut nécessiter un examen de l'ensemble du corps pour déterminer l'état général du patient. Par où commencer et à quelles formes de diagnostic recourir, l'endocrinologue traitant décide.

Au premier stade, le médecin recueille une anamnèse et palpe l'organe. Un médecin expérimenté déterminera au toucher si la glande a changé. Mais certaines tumeurs sont si petites et situées à l'intérieur de la structure tissulaire qu'il est impossible de les chercher..

  • Test sanguin général et biochimique. L'étude montre des changements objectifs dans le sang, la présence de cellules atypiques dans celui-ci.
  • Test sanguin pour les hormones. La glande thyroïde produit un grand nombre d'hormones et ses dysfonctionnements se reflètent toujours dans le contexte hormonal général.
  • Échographie - aide non seulement à détecter la présence d'une tumeur, mais également à établir correctement sa taille, son emplacement, sa forme.
  • IRM, CT - la tomographie montre une image plus informative que l'échographie, aide avec plus de précision à déterminer la classification et la nature de la tumeur, l'état des tissus qui l'entourent.
  • Scintigraphie - aide à évaluer le niveau de fonctionnalité de la glande thyroïde, ainsi qu'à identifier les changements morphologiques dans les tissus de sécrétion interne.

Si une tumeur de la glande thyroïde est détectée et que sa nature est établie, le médecin prescrit l'un ou l'autre traitement. Dans le cas du diagnostic en oncologie, le patient peut se voir proposer plusieurs formes de traitement, au choix, avec des recommandations pour la meilleure option.

Méthodes de traitement

Toute tumeur de la glande thyroïde nécessite un traitement immédiat. Les thérapies dépendent des caractéristiques de l'éducation et de l'état général du patient.

Le traitement peut être divisé en deux méthodes principales:

  • Médicament.
  • Conservateur.

Regardons chacun d'eux de plus près.

Thérapie médicamenteuse

À un stade précoce d'une maladie bénigne, le patient se voit prescrire des médicaments. Cela peut inclure des médicaments iodés (avec un manque d'iode dans le corps), des médicaments hormonaux, des anti-inflammatoires.

Parallèlement à cela, une thérapie visant à renforcer le système immunitaire et à améliorer l'état général du patient peut être utilisée.

Habituellement, le traitement de la glande thyroïde prend beaucoup de temps, de 1 mois à six mois ou même plus. Avec une dynamique positive de la maladie, le traitement est ajusté par le médecin observateur.

Après une élimination réussie de la maladie, le patient doit régulièrement subir un diagnostic préventif au moins une fois par an. Avec d'autres méthodes, dans les cas plus graves, le patient est inscrit dans un dispensaire d'oncologie.

Thérapie conservatrice

Les traitements conservateurs comprennent la chimiothérapie et la chirurgie. La nécessité d'une intervention chirurgicale dépend de la taille de la tumeur, même si elle est bénigne. Par exemple, avec un kyste non oncogène jusqu'à 3 cm de diamètre, la chirurgie n'est pas nécessaire, il peut être guéri par un traitement médicamenteux. Mais lorsque la maladie commence ou progresse trop rapidement, l'excision du tissu endommagé devient le seul moyen possible de maintenir la santé..

La chirurgie est pratiquée dans presque tous les cas de cancer de la thyroïde.

Opération

Lors d'opérations sur la glande thyroïde, l'organe entier n'est pas toujours retiré. Si la tumeur est située d'un seul côté et ne touche pas les organes adjacents, seule la partie endommagée de la glande est excisée. L'ablation partielle de la glande est appelée thyroïdectomie subtotale..

Le lobe restant est tout à fait capable de fonctionner normalement et de produire les hormones nécessaires. Dans ce cas, le patient n'aura pas à utiliser de thérapie de remplacement toute sa vie (prise de médicaments de remplacement hormonal).

Lorsque plus de 70% du tissu est touché, il est nécessaire de retirer toute la glande (thyroïdectomie totale). Si la formation est maligne et que la tumeur a des métastases dans les tissus adjacents, elles sont également éliminées. Si une grande partie du corps est affectée par des métastases et que les cellules cancéreuses se propagent dans le système lymphatique, l'opération peut ne pas apporter les résultats escomptés.

Chimiothérapie

Ces types de procédures sont également conservateurs. Ils sont généralement prescrits après la chirurgie pour supprimer les métastases. Au stade initial, la chimiothérapie est prescrite immédiatement, et seulement si elle est inefficace, une opération est effectuée. Une telle procédure a un effet destructeur sur le corps, éliminant les cellules saines ainsi que les cellules cancéreuses..

Cela comprend les types de thérapie suivants:

  • Chimique.
  • Faisceau.
  • Radioactif.

Pronostic de la maladie

Malheureusement, vous ne pouvez jamais prédire avec précision l'évolution de la maladie et les conséquences probables. Toute formation bénigne, bien qu'elle soit traitable, comporte toujours un risque d'oncogénicité. Le cancer de la thyroïde répond bien au traitement précoce. L'exception est le carcinome médullaire - il est extrêmement difficile de le combattre et dans la plupart des cas, l'issue est défavorable. La dynamique positive de la maladie dépend en grande partie de l'humeur du patient lui-même.

Nous avons examiné les principales causes et le traitement des processus tumoraux dans la glande thyroïde. En cas de suspicion de maladie d'organe, il est nécessaire de consulter d'urgence un médecin, au moins un thérapeute. Plus tôt la pathologie sera détectée, plus il sera facile de s'en débarrasser..

6 symptômes subtils du cancer de la thyroïde

Le cancer de la thyroïde est l'un des plus insidieux. Il peut ne pas se manifester pendant une longue période ou s'accompagner de symptômes inattendus que vous ne pourrez probablement pas associer à l'oncologie. Ces six signes doivent être pris au sérieux..

Le cancer de la thyroïde représente un pourcentage relativement faible de tous les cancers (environ 2%), mais sa prévalence augmente rapidement. Selon l'OMS, dans la plupart des pays du monde, l'incidence de ce type de cancer augmente chaque année de 4%. Comme pour les autres tumeurs malignes, le succès du traitement dépend de l'initiation rapide du traitement. Ne retardez pas l'examen de la thyroïde si vous trouvez ces symptômes.

Bosse sur le cou

Les statistiques sont de notre côté: la grande majorité des néoplasmes thyroïdiens sont bénins. Mais si vous remarquez que la glande thyroïde a augmenté de taille ou que des renflements apparaissent sur le cou qui n'existaient pas auparavant, une échographie est simplement nécessaire.

Quel est le pronostic des tumeurs thyroïdiennes bénignes et malignes

Une tumeur thyroïdienne est une croissance bénigne ou cancéreuse qui provient des cellules d'un organe. Au stade initial, il se déroule presque sans symptômes. Au fur et à mesure que le nœud se développe, les mouvements de déglutition et la respiration deviennent plus difficiles, le cou se déforme, le timbre de la voix change et la santé générale se détériore. Pour le diagnostic des maladies tumorales, une échographie de la glande thyroïde, une analyse des hormones thyroïdiennes, une scintigraphie, une analyse histologique des tissus sont prescrites.

  1. Classification des tumeurs
  2. Bénin
  3. Malin
  4. Manifestations externes et signes subjectifs
  5. Diagnostic des néoplasmes
  6. Méthodes de traitement
  7. Thérapie médicamenteuse
  8. Opération
  9. Autres méthodes
  10. Ce qui détermine le pronostic des tumeurs thyroïdiennes

Classification des tumeurs

En endocrinologie, on distingue différents types de tumeurs de la glande thyroïde (TG), différant par leur structure, leur quantité et la raison de leur formation. Avec le flux, il peut s'agir d'une formation bénigne ou maligne. Dans la structure des pathologies cancéreuses, les carcinomes thyroïdiens ne représentent pas plus de 2,2%. Ils se développent lentement, métastasent rarement vers des organes distants. Selon les statistiques, la maladie est 3 fois plus susceptible d'être diagnostiquée chez les femmes.

Bénin

Une tumeur de la glande thyroïde est une conséquence de la transformation des thyrocytes (cellules épithéliales de la glande), qui survient lorsque les gènes sont endommagés. En raison de la mutation de l'ADN, le processus de division et de renouvellement cellulaire est interrompu. En raison des changements néoplasiques, les tissus glandulaires perdent leur capacité à réguler la mitose (division). Mais la différenciation des thyrocytes est préservée, c'est-à-dire que leur structure ne diffère pas des cellules des zones normalement fonctionnelles de la glande.

Une glande thyroïde hypertrophiée résultant d'une division et d'une croissance anormales des thyrocytes est appelée hyperplasie. Sans traitement approprié, un goitre se forme dans la glande - un néoplasme nodulaire limité ou diffus.

Types de tumeurs bénignes (néoplasies) de la glande thyroïde:

  • Un kyste est une formation creuse avec un contenu liquide, entourée d'une capsule de tissu conjonctif. Cela se produit en raison d'une hémorragie ou de dommages à l'adénome. Les kystes ne représentent pas plus de 10% de tous les néoplasmes de la glande endocrine. Ils deviennent rarement malins, ils ne provoquent donc pas de complications potentiellement mortelles..
  • L'adénome folliculaire est une tumeur des cellules folliculaires de la glande, enfermée dans une capsule dense. Il progresse lentement et n'a presque aucun effet sur l'activité sécrétoire de la glande thyroïde.
  • L'adénome toxique est une formation nodulaire qui produit des hormones contenant de l'iode. Croît rapidement en taille, provoquant une thyrotoxicose.

Les tumeurs non malignes des lobes thyroïdiens sont provoquées par une carence en iode, des maladies auto-immunes, une prédisposition génétique, une dépendance.

Malin

Les néoplasies malignes proviennent de cellules C folliculaires, non thyroïdiennes et parafolliculaires. En fonction du degré de leur différenciation, plusieurs types de cancer de la glande sont distingués - indifférenciés, différenciés, mal différenciés.

Au stade initial, la croissance des néoplasmes malins ne provoque aucune sensation, ce qui complique le diagnostic rapide.

Types de néoplasmes malins de la glande thyroïde:

  • Le carcinome folliculaire est une croissance nodulaire de cellules folliculaires qui survient chez 5% des personnes atteintes d'un cancer de la thyroïde. Les tumeurs se développent très lentement, métastasent rarement vers les organes voisins et éloignés.
  • Carcinome papillaire - formations de cellules papillaires de la glande, non sujettes à une croissance invasive (germination dans les tissus environnants). Trouvé chez 90% des patients atteints d'un cancer de la thyroïde. Pendant longtemps, ils sont asymptomatiques, ils sont donc détectés avec une déformation évidente de l'un des lobes thyroïdiens. Dans de rares cas, des métastases régionales dans les ganglions lymphatiques sont détectées.
  • Carcinome mal différencié - nœuds folliculaires et papillaires, constitués de cellules mal différenciées. Souvent poussent dans les tissus adjacents, se développent rapidement.
  • Le cancer médullaire est un type rare de pathologie détecté chez seulement 1% des patients atteints d'un cancer de la thyroïde. Une tumeur se forme dans l'un des lobes thyroïdiens à partir de cellules parafolliculaires qui produisent de la calcitonine. Avec un diagnostic tardif, il est compliqué par d'autres maladies endocriniennes.
  • Le lymphome est une tumeur formée à partir de cellules de tissu lymphoïde. Dans 92% des cas, elle survient dans le contexte d'autres néoplasies. Les personnes âgées sont sujettes aux pathologies. Chez les femmes, il est détecté 3 fois plus souvent.
  • Carcinome indifférencié - néoplasie des cellules immatures (anaplasiques), sujettes à une croissance rapide. Les nodules de la glande thyroïde se développent rapidement dans l'organe, les vaisseaux sanguins et lymphatiques. Le cancer indifférencié est très malin, car il métastase vers des organes distants. 2 fois plus souvent détecté chez les hommes âgés.
Les néoplasmes pauvres ont tendance à se développer rapidement, ce qui entraîne une insuffisance respiratoire et une suffocation.

Manifestations externes et signes subjectifs

Pendant longtemps, un néoplasme dans la glande thyroïde ne provoque pas d'inconfort. Les symptômes apparaissent lorsque la tumeur serre les tissus environnants, endommage la capsule thyroïdienne.

Les premiers symptômes de la néoplasie thyroïdienne:

  • sensation de boule dans la gorge;
  • difficulté à avaler;
  • distension dans le cou;
  • enrouement de la voix;
  • dyspnée;
  • toux sèche.

Avec des lésions diffuses de la glande thyroïde, le cou gonfle et se déforme localement. La palpation est douloureuse. Avec la germination des néoplasmes dans la capsule de l'organe, la douleur s'intensifie. Le cancer de la thyroïde s'accompagne de:

  • gonflement du cou;
  • léthargie;
  • somnolence;
  • diminution du poids corporel;
  • manque d'appétit;
  • augmentation modérée de la température;
  • augmentation de la pression artérielle.

Avec le goitre hormono-actif chez la femme, le cycle menstruel est perturbé, ce qui est associé à une augmentation du taux d'hormones thyroïdiennes dans le sang. De plus, les personnes des deux sexes présentent des symptômes de thyrotoxicose:

  • irritabilité;
  • selles instables;
  • fatigue accrue;
  • yeux exorbités;
  • sensation de palpitations;
  • augmentation de la transpiration;
  • tremblement de la main;
  • sautes d'humeur soudaines.

Diminution de la libido, agressivité, interruptions du travail du cœur sont les principaux symptômes chez les hommes atteints d'adénome toxique. À mesure que la tumeur se développe, la douleur de la glande thyroïde se propage à:

  • cavité buccale;
  • oreilles;
  • mâchoire inférieure.

En raison d'un déséquilibre hormonal, les patients deviennent anxieux et déprimés. La moitié d'entre eux ont des capacités intellectuelles réduites, la mémoire se détériore.

Si la néoplasie a été précédée d'une inflammation auto-immune, des symptômes d'hypothyroïdie apparaissent - hypotension artérielle, apathie, prise de poids, poches du visage, frissons, somnolence.

Diagnostic des néoplasmes

Avec la néoplasie, des formations diffuses ou nodulaires apparaissent dans la glande thyroïde. Le diagnostic commence par un examen physique, une palpation du cou et des ganglions lymphatiques régionaux. En cas de détection de néoplasmes, les éléments suivants sont également prescrits:

  • Tests d'hormones. Avec l'adénome hormono-actif et le goitre multinodulaire, le taux d'hormones endocrines - triiodothyronine (T3) et thyroxine (T4) - augmente dans le sang. Parfois, la thyrotoxicose est diagnostiquée avec des tumeurs folliculaires. Au dernier stade du cancer, une carence en hormones contenant de l'iode est révélée..
  • Échographie de la glande thyroïde. Les néoplasmes non malins de la glande thyroïde se présentent sous la forme d'objets hyperéchogènes aux contours nets et à la structure homogène. Les tumeurs malignes sont hétérogènes, ont des bords flous, contiennent des inclusions liquides, donc dans 90% des cas elles sont hypoéchogènes.
  • Scintigraphie. Une étude radio-isotopique est réalisée avant l'opération pour déterminer avec précision l'emplacement de la néoplasie. Les tumeurs hormono-actives accumulent un agent de contraste, de sorte qu'elles ressemblent à des zones jaune-rouge chaudes sur les images. Si les néoplasmes ne synthétisent pas les hormones et ne capturent pas l'iode radioactif, ils acquièrent une teinte bleu pâle (zone froide).
  • Test de calcitonine. L'excès d'hormone est un marqueur du cancer médullaire de la thyroïde. La maladie est confirmée si, dans les 3 minutes suivant l'administration de la pentagastrine, le taux de calcitonine augmente fortement.
Pour confirmer le diagnostic, une biopsie à l'aiguille fine est réalisée, suivie d'un examen histologique des échantillons de tissus. Selon les données obtenues, le médecin détermine le type de néoplasmes dans la glande - goitre colloïdal, cancer papillaire, adénome toxique.

Méthodes de traitement

La stratégie thérapeutique est développée individuellement, en tenant compte de la localisation, de la tendance à augmenter, de la croissance tumorale invasive. Avec des néoplasmes bénins dans la glande, ils se limitent à une intervention chirurgicale. Pour les tumeurs hormono-actives et malignes, des agents antithyroïdiens et antinéoplasiques sont également prescrits.

Thérapie médicamenteuse

Dans 8 cas sur 10, les médicaments sont utilisés en complément de la chirurgie. Les néoplasmes résiduels dans la glande thyroïde sont éliminés avec des agents antinéoplasiques qui inhibent la division des cellules atypiques. Selon l'indication, la chimiothérapie est prescrite avec un ou plusieurs médicaments. Les produits suivants sont utilisés comme médicaments anticancéreux:

  • Adriamycine;
  • Vizdokso;
  • Dacarbazine;
  • La bléomycine;
  • Cisplatine;
  • Vincristine;
  • Doxopeg;
  • Adriblastin.

En cas d'adénome bénin et de carcinome de la glande, un traitement par iode radioactif est indiqué, dans le cadre duquel il est nécessaire de prendre des médicaments à base d'isotopes radioactifs de l'iode (I-131). Ils sont capturés par les thyrocytes, après quoi ils se décomposent en particules gamma et bêta. Cela conduit à la mort du tissu thyroïdien, une diminution de la tumeur.

Opération

En l'absence de contre-indications, l'ablation chirurgicale de la tumeur thyroïdienne est prescrite à tous les patients. En fonction de la taille et de l'emplacement de la néoplasie, ils ont recours à différentes techniques chirurgicales:

  • Résection économique - une opération douce, au cours de laquelle seul le néoplasme est excisé avec une préservation maximale du tissu glandulaire.
  • Thyroïdectomie sous-totale - ablation de la glande thyroïde tout en préservant un petit morceau de tissu glandulaire. Réalisé pour plusieurs tumeurs, maladie de Graves.
  • Résection totale - excision de toute la glande thyroïde avec l'isthme. La chirurgie radicale est indiquée pour les carcinomes folliculaires, papillaires et médullaires.
Avec une tumeur maligne élevée du cancer, une dissection cervicale est effectuée - une opération d'exérèse des ganglions lymphatiques dans le cou.

Autres méthodes

Si une personne a non seulement une glande thyroïde enflée, mais également des métastases dans d'autres organes, on lui prescrit un traitement par rayonnement ionisant - radiothérapie. Elle est effectuée lorsque:

  • lymphome;
  • cancer médullaire;
  • tumeurs anaplasiques.

La radiothérapie est utilisée en cas de contre-indications à la chirurgie. Lors de l'irradiation, les cellules des néoplasmes sont détruites, ce qui conduit à la récupération. Souvent, la radiothérapie est administrée après l'ablation des néoplasmes glandulaires pour prévenir la récidive.

Ce qui détermine le pronostic des tumeurs thyroïdiennes

Dans la plupart des cas, les patients de l'endocrinologue ont des tumeurs thyroïdiennes bénignes qui répondent bien au traitement. Le pronostic de survie dépend:

  • un type de néoplasie thyroïdienne;
  • diagnostic opportun;
  • méthode d'élimination de la tumeur;
  • l'alphabétisation du traitement de suivi;
  • complications associées.

Avec un traitement rapide des tumeurs bénignes, l'espérance de vie n'est pas réduite. Parmi les néoplasmes malins, le carcinome folliculaire est le moins dangereux, car le taux de survie à 10 ans des patients dépasse 90%.

Le pire pronostic dans le cancer médullaire mal différencié, qui se caractérise par:

  • cours latent;
  • progression rapide;
  • métastases aux poumons, au cerveau.

Les conséquences les plus redoutables sont observées avec les tumeurs secondaires du tissu osseux. Avec des lésions étendues, pas plus de 60% des patients dépassent le seuil de survie à 10 ans.

Sans chirurgie, la néoplasie maligne de la glande thyroïde entraîne la mort par suffocation dans les 6 à 12 mois.

En comparaison avec les tumeurs bénignes et malignes d'autres organes, les carcinomes thyroïdiens sont plus faciles à traiter. Dans la plupart des cas, le pronostic est bon. Mais le succès du traitement dépend en grande partie de l'opportunité de contacter un endocrinologue. Par conséquent, aux premiers signes de maladie, vous devez prendre rendez-vous avec un médecin..

Tumeurs de la glande thyroïde

Les tumeurs de la glande thyroïde sont des nodules bénins et malins qui se développent à partir des propres cellules de l'organe. Les principaux symptômes sont des difficultés respiratoires, des troubles de la déglutition, une toux, un mal de gorge, un enrouement, un gonflement et un gonflement de la paroi antérieure du cou, de la somnolence, de la fatigue, une augmentation de la transpiration, des modifications de la fréquence cardiaque. Pour établir le diagnostic, un examen est effectué avec palpation, des tests sanguins pour les hormones thyroïdiennes et la calcitonine, une échographie et une scintigraphie de la glande, un examen histologique et cytologique d'une biopsie sont prescrits. Le traitement comprend la radiothérapie, l'iode radioactif, la thyroïdectomie totale ou partielle.

CIM-10

  • Les causes
  • Pathogénèse
  • Classification
  • Symptômes des tumeurs thyroïdiennes
  • Complications
  • Diagnostique
  • Traitement des tumeurs thyroïdiennes
  • Prévision et prévention
  • Prix ​​des traitements

informations générales

De par leur nature, les tumeurs thyroïdiennes peuvent être bénignes ou malignes. Les premiers ne constituent pas une menace pour la vie et représentent jusqu'à 90 à 95% de tous les cas diagnostiqués. Différents types de cancer sont appelés néoplasmes malins. Dans la structure de l'épidémiologie des maladies oncologiques, la part du cancer de la thyroïde représente 2,2%. Les caractéristiques de ces néoplasmes thyroïdiens - croissance lente, métastases rares dans d'autres organes - réduisent considérablement le risque de décès. Le plus souvent, les tumeurs des deux types sont détectées chez les femmes âgées de 40 à 60 ans. Chez les hommes, la pathologie est détectée 3 à 4 fois moins souvent..

Les causes

Les facteurs qui déclenchent la transformation des tissus normaux en tumeur ne sont pas entièrement compris. Il a été constaté qu'un néoplasme se développe lorsque le matériel héréditaire des cellules est endommagé, des changements dans les mécanismes de croissance, de division et de mort cellulaire programmée. Actuellement, plusieurs raisons ont été identifiées pouvant provoquer des modifications de ce type dans les tissus de la glande thyroïde:

  • Carence en iode. La faible teneur en iode de l'alimentation est considérée comme l'un des facteurs du développement de la néoplasie thyroïdienne. Selon les statistiques, le goitre nodulaire, le cancer folliculaire et papillaire sont plus souvent diagnostiqués dans les régions carencées en iode..
  • Maladies de la glande thyroïde. Le développement de néoplasmes est facilité par une inflammation chronique de l'organe, un déséquilibre hormonal et une hypersécrétion de TSH. La cause des phoques bénins et malins peut être une thyroïdite auto-immune, une thyroïdite subaiguë, un goitre toxique diffus.
  • Irradiation. Les rayonnements ionisants et les radiations sont les plus dangereux pendant l'enfance et l'adolescence. Les tumeurs thyroïdiennes sont plus souvent trouvées chez les patients qui ont été exposés à des radiations pour l'acné, les infections fongiques du cuir chevelu, les amygdales élargies et les végétations adénoïdes. Les participants et les témoins d'accidents dans les centrales nucléaires, les essais d'armes atomiques sont également à risque..
  • Hérédité. Certains types de cancer - papillaire, folliculaire, médullaire - sont le résultat de l'activation de gènes mutés héréditaires. Une probabilité accrue de développer un néoplasme est déterminée avec des maladies héréditaires: syndrome de Gardner, polypose familiale, maladie de Cowden.
  • Fumer, boire de l'alcool. La fumée de tabac et les boissons alcoolisées contiennent des substances toxiques et cancérigènes - thiocyanates, acétaldéhyde. Ils bloquent le fonctionnement normal de la glande, provoquent la mort cellulaire, endommagent l'ADN et favorisent la mutation des protéines cellulaires.

Pathogénèse

La transformation tumorale des cellules est basée sur des dommages au matériel génétique. Les mutations de l'ADN entraînent une perturbation des processus normaux de division, de croissance et d'apoptose. À la suite de changements néoplasiques, les cellules des néoplasmes bénins perdent leur capacité à contrôler la mitose, mais conservent leur différenciation - dans leur structure, elles restent des cellules du tissu dont elles proviennent (épithéliale, conjonctive), continuent à remplir pleinement ou partiellement leurs fonctions. Ils grandissent lentement, pressent progressivement les organes environnants, mais ne les pénètrent pas.

Les cellules des tumeurs malignes perdent complètement le contrôle de la division et de la différenciation. Les néoplasies se développent rapidement et de manière chaotique. En termes de structure et de fonction, les cellules deviennent différentes des cellules d'origine, elles se développent en tissus et organes étroitement espacés, c'est-à-dire qu'elles sont capables d'infiltration diffuse et de propagation de métastases. Parfois, les néoplasmes sont si atypiques sur le plan histologique qu'il n'est pas possible d'établir quel organe est leur source. Les tumeurs cancéreuses de la glande thyroïde sont caractérisées par une croissance agressive rapide, la possibilité de récidive.

Classification

Une augmentation de la taille de la glande thyroïde due à des processus pathologiques est appelée hyperplasie. Une croissance tissulaire anormale continue conduit à la formation d'un goitre local ou diffus - une formation nodulaire. Au stade de son diagnostic, une différenciation plus précise de la tumeur est nécessaire - détermination de sa bénignité ou de sa malignité. Les nodules bénins comprennent:

  • Adénome folliculaire. Néoplasme arrondi, recouvert d'une capsule et constitué principalement de cellules de type folliculaire. Environ 20% des néoplasmes thyroïdiens sont représentés par ce type d'adénome. La tumeur se développe lentement et, en règle générale, n'affecte pas la fonction hormonale de la glande.
  • Adénome toxique. C'est ce qu'on appelle la "maladie de Plummer". L'éducation augmente progressivement, mais se manifeste rapidement cliniquement comme une source de production autonome d'hormones thyroïdiennes. Diagnostiqué lorsque les patients se plaignent de symptômes de thyrotoxicose.
  • Kyste thyroïdien. Représente une cavité remplie de liquide sécrété par l'épithélium. Il peut être primaire (vrai) ou secondaire, résultant d'une déformation ou d'une hémorragie dans l'adénome. Les kystes thyroïdiens représentent environ 10% de tous les néoplasmes thyroïdiens. Très rarement malin.

Les néoplasies malignes peuvent se développer à partir de cellules folliculaires de deux types - A et B, à partir de cellules C parafolliculaires, de cellules non thyroïdiennes. Ils diffèrent par le degré de différenciation (différenciés, mal différenciés, indifférenciés) et sont provoqués par des raisons différentes. Les variantes suivantes du cancer de la thyroïde sont distinguées:

  • Carcinome papillaire. Elle est diagnostiquée chez 90% des patients présentant des lésions oncologiques de l'organe. Il se caractérise par une progression lente, une faible invasion. En raison de l'absence de symptômes, on le trouve souvent dans les derniers stades. Les métastases affectent rarement les organes, elles peuvent affecter les ganglions lymphatiques les plus proches.
  • Carcinome folliculaire. Il représente 5% du nombre total de tumeurs malignes de la glande. Il augmente lentement, se manifestant par la formation progressive d'un sceau dans le cou. Il répond bien au traitement, le taux de survie à 10 ans des patients est de 90%.
  • Carcinome mal différencié. Ce type comprend les tumeurs papillaires et folliculaires, constituées de cellules mal différenciées. Ils se développent rapidement, sont plus malins - ils infiltrent les organes et les tissus adjacents, nécessitent un traitement radical et une surveillance périodique pour détecter les rechutes.
  • Carcinome médullaire. C'est une forme rare de cancer - 1% de tous les cancers de la thyroïde. Cancer médullaire de la thyroïde Il se développe dans les cellules parafolliculaires qui produisent de la calcitonine, sur la base d'une prédisposition génétique. Provoque d'autres maladies endocriniennes.
  • Carcinome indifférencié. Les cellules immatures (anaplasiques) sont déterminées comme faisant partie de la tumeur. Le néoplasme est caractérisé par une croissance rapide et un degré élevé de malignité. Plus souvent diagnostiqué chez les personnes âgées, le ratio femmes / hommes est de 2: 1.
  • Lymphome. Néoplasie des tissus lymphoïdes. Le lymphome primaire se forme seul et survient dans 2 à 8% des cas de cancer. La lésion secondaire résulte d'autres tumeurs lymphoïdes. Les personnes âgées de 60 à 70 ans et plus sont plus sensibles au lymphome. Chez les femmes, un néoplasme est détecté trois fois plus souvent.

Symptômes des tumeurs thyroïdiennes

La néoplasie est un sceau unique, dans de rares cas, au début de la maladie, un élargissement diffus de la glande est déterminé. Les taux de croissance sont déterminés par la nature de la tumeur. Les stades initiaux sont caractérisés par une évolution asymptomatique de la maladie. Les premières manifestations cliniques se retrouvent avec une augmentation de la taille du néoplasme, sa germination à travers la capsule de la glande, la fixation des organes médiastinaux. Les patients notent une sensation de coma, un corps étranger dans la gorge, une sensation d'inconfort, de compression et de distension dans le cou. Extérieurement, la zone de néoplasie devient œdémateuse. Parfois, il y a des difficultés à avaler, un essoufflement, une suffocation, un enrouement, un enrouement et une grossièreté de la voix. La toux peut être associée à la fois à la compression de la trachée par le tissu tumoral et à la propagation de métastases aux poumons.

Les douleurs sont localisées dans la région de la glande, irradiant souvent vers les oreilles, la mâchoire inférieure et la cavité buccale. Les tumeurs folliculaires malignes stimulent les fonctions hormonales de l'organe et l'adénome thyrotoxique lui-même est une source de sécrétion d'hormones.Par conséquent, les maladies sont accompagnées de symptômes d'hyperthyroïdie et de thyrotoxicose. Les patients deviennent irritables, anxieux et souffrent de bouffées de chaleur. La transpiration augmente, la thermorégulation est perturbée, la pression artérielle et la fréquence cardiaque augmentent. L'appétit augmente souvent, mais le poids corporel reste le même ou diminue. Rarement, les néoplasmes sont à l'origine de l'hypothyroïdie. Habituellement, une diminution de la production d'hormones est observée dans les cas où le développement d'une néoplasie est précédé d'un processus inflammatoire auto-immun ou chronique. Les patients sont léthargiques, apathiques, léthargiques, se fatiguent rapidement, gèlent souvent. Caractérisé par une hypotension artérielle, un pouls lent.

Complications

Les types de tumeurs dangereuses comprennent les carcinomes mal différenciés et indifférenciés, qui se caractérisent par une évolution latente dans les premiers stades et une progression rapide. Le diagnostic est souvent exposé au stade des métastases des poumons, des os, du cerveau, des glandes surrénales. Les plus difficiles à traiter sont les métastases dans le tissu osseux, une partie importante des patients ressent des douleurs, des restrictions de mouvement. Avec une infiltration étendue des tissus environnants, le taux de survie à dix ans des patients n'atteint que 60%. En l'absence de thyroïdectomie, les tumeurs indifférenciées, à croissance rapide, sont capables de provoquer la mort par suffocation en 0,5 à 1 an.

Diagnostique

La plupart des maladies de la glande thyroïde s'accompagnent de l'apparition de formations nodulaires ou diffuses. Par conséquent, la tâche principale d'un endocrinologue et d'un oncologue est de distinguer un processus malin d'un processus bénin. Avec l'aide de méthodes cliniques et physiques, il est presque impossible d'accomplir cela - les tumeurs apparaissent avec des symptômes similaires, à la palpation, elles sont définies comme des phoques locaux adhérant aux tissus environnants. Un signe relativement spécifique de cancer est une hypertrophie des ganglions lymphatiques cervicaux. Pour un diagnostic différentiel plus précis, des procédures de laboratoire et instrumentales sont prescrites:

  • Tests d'hormones (sang). Une augmentation du taux de T4 et T3 est caractéristique de l'adénome toxique (maladie de Plummer), de la maladie de Graves, du goitre colloïdal multinodulaire. Moins fréquemment, la thyrotoxicose devient un signe de carcinomes folliculaires. Une diminution des taux de thyroxine et de triiodothyronine est détectée dans la thyroïdite de Hashimoto, à un stade avancé du cancer.
  • Test de calcitonine (sang). Une concentration élevée de calcitonine est considérée comme un marqueur de la tumeur médullaire. Un test avec la pentagastrine est réalisé. Le diagnostic est confirmé si la concentration de calcitonine augmente 3 à 5 minutes après l'administration intraveineuse de pentagastrine. Les résultats sont interprétés en conjonction avec les données de l'examen clinique, physique et instrumental, car la calcitonine augmente également avec les néoplasmes d'une autre localisation.
  • Échographie de la glande thyroïde. L'examen échographique permet d'identifier un goitre multinodulaire, d'établir une probabilité plus ou moins grande de formation maligne, de réaliser une biopsie par aspiration des petits ganglions. Une tumeur bénigne est généralement hyperéchogène, bien circonscrite, uniforme, avec un contour net, qui est souvent entouré d'un rebord (halo). Un nœud malin dans plus de la moitié des cas est hypoéchogène, avec des contours irréguliers, mal définis, solide, avec une petite quantité d'inclusions fluides.
  • Scintigraphie thyroïdienne. Une étude des radio-isotopes est une méthode supplémentaire pour diagnostiquer les néoplasmes avant la chirurgie. Les tumeurs malignes volumineuses sont plus souvent présentées sous forme de zones froides qui n'accumulent pas le médicament. Les néoplasmes bénins sont chauds, absorbent les isotopes plus activement que le reste des tissus sains. Pour obtenir les informations les plus fiables, une analyse comparative des données de scintigraphie et un examen histologique du matériel est effectuée.
  • Examen cytologique et histologique. Une biopsie par aspiration à l'aiguille fine est effectuée pour recueillir le matériel. Dans une étude cytologique d'une biopsie, il est possible de reconnaître des néoplasmes à structures folliculaires - carcinomes de type folliculaire et papillaire, adénomes folliculaires, goitre colloïde. Pour la distinction finale entre les phoques malins et bénins, une analyse histologique du matériel opératoire est nécessaire..

Traitement des tumeurs thyroïdiennes

Les méthodes de thérapie sont toujours sélectionnées individuellement. Le schéma thérapeutique dépend de la nature du néoplasme (différenciation, agressivité, tendance à la rechute), de sa taille et de la présence de métastases. Les efforts des médecins - endocrinologue, oncologue, chirurgien - visent à éliminer la néoplasie, en empêchant son re-développement. Les méthodes suivantes sont utilisées:

  • Chirurgie. L'opération est indiquée pour les patients atteints de néoplasmes malins ou de tumeurs folliculaires de tout type, avec compression par un goitre ou un nœud de tissus et organes adjacents, avec une thyrotoxicose concomitante sévère. Dans la période postopératoire, un remplacement hormonal et un traitement suppressif par thyroxine sont effectués. Il existe plusieurs options d'intervention:
  1. Résection économique. En cas de néoplasie solitaire bénigne, confirmée par les résultats de l'examen histologique et cytologique, le nœud et les tissus atrophiés adjacents de la glande doivent être retirés. Si la formation est située dans l'isthme, elle est excisée et une partie de chaque lobe de la glande est réséquée.
  2. Résection radicale L'ablation sous-totale de la glande laissant de petites zones latérales des deux côtés de la trachée est indiquée pour la maladie de Graves, les formations multinodulaires, l'hypertrophie tissulaire. Les zones préservées recouvrent les glandes parathyroïdes et le nerf laryngé récurrent.
  3. Ablation totale de la glande thyroïde. La thyroïdectomie est recommandée pour les tumeurs malignes. Parfois, pour les carcinomes papillaires, papillaires-folliculaires et médullaires, une dissection cervicale est effectuée - ablation des ganglions lymphatiques métastatiques du cou.
  • Thérapie à l'iode radioactif. La méthode est basée sur l'effet destructeur de l'isotope radioactif de l'iode sur les cellules tumorales et glandulaires. La thérapie à l'iode radioactif est indiquée après la chirurgie pour éliminer les tissus tumoraux restants, les métastases, ainsi qu'en présence de contre-indications à la chirurgie, surtout si le néoplasme est bénin.
  • Radiothérapie. Il est utilisé pour les formes anaplasiques de tumeurs, de lymphomes, de métastases de carcinome médullaire. Des rayonnements gamma, des bremsstrahlung ou des électrons à haute énergie sont utilisés. La radiothérapie est une alternative à la chirurgie, réduit le risque de récidive.
  • Chimiothérapie. Dans le cas d'un cancer inopérable, de sa résistance à l'iode radioactif et de l'inefficacité d'une exposition aux rayonnements à distance, un traitement médicamenteux est prescrit. Le schéma de chimiothérapie peut inclure un médicament ou une combinaison des deux.

Prévision et prévention

Par rapport aux tumeurs d'autres localisations, les nodules thyroïdiens répondent mieux au traitement et sont moins dangereux pour la santé et la vie des patients. La prévision est faite individuellement, dans l'écrasante majorité des cas elle est favorable. Les mesures préventives consistent à éviter les examens radiographiques du cou et de la tête chez les enfants, les examens préventifs des personnes ayant un fardeau héréditaire, arrêter de fumer et de boire de l'alcool, surveiller la suffisance en iode et, si elle fait défaut, prendre des médicaments contenant de l'iode..

Top